LE PROGRES : Second tour des élections : la Grande Lessive

Je vous ai toujours promis la vérité, toute la vérité, la voila !

Retrouvez l’article du Progrès de ce samedi 20 juin 2020 :

>Politique > Elections municipales

Second tour des Municipales : la grande lessive

Fabrice Roussel 19 juin 2020 à 11:52

Mis en cause publiquement dans une lettre ouverte lue en plein conseil municipal, le maire sortant Pierre Curtelin est très en colère. Trois de ses adjoints ont rejoint la liste de Jean-Marie Hombert, arrivé largement en tête au soir du premier tour. Des élus qui siègent toujours au conseil. Le troisième candidat, Thierry Loir a décidé de dénoncer cette situation politique auprès de la commission électorale.

C’est peu dire que Pierre Curtelin, maire de Saint-Romain-au-Mont d’Or, a mal vécu le dernier conseil municipal. Après des résultats du premier tour des élections municipales décevants pour sa liste, cette dernière escarmouche prend des accents d’hallali. La lettre ouverte lue au nom de l’ensemble du conseil municipal lui laisse un goût amer : « Cédric Jurie Des Camiers en me coupant la parole lors de la présentation du budget primitif a imposé à tous la lecture de son texte enfreignant le respect élémentaire de la tenue des débats. J’ai préféré le laisser s’exprimer, sans connaître la teneur du texte, dans un esprit de débat démocratique qui m’a toujours animé. ». Mais avec du recul, le maire considère cette initiative comme un coup d’éclat politique déloyal à quelques jours du deuxième tour des municipales. « La litanie de reproches subjectifs non étayés de faits ou d’exemples sont infondés voire diffamatoires jusqu’à entacher ma propre personne au-delà de la fonction de maire. Ce n’est pas anodin à la veille du second tour. De tels agissements ne peuvent s’expliquer que par l’actuel contexte électoral et les ambiguïtés des positionnements d’élus restés encore dans la majorité tout en faisant une campagne à charge sur des listes opposées ». Car si Pierre Curtelin ne s’avoue pas vaincu, une réalité semble pourtant corroborer le désaveu collectif des anciens conseillers municipaux : aucun n’a souhaité se représenter sur la liste du maire sortant.

A 17 voix de la victoire

Trois adjoints ont même fait le choix de rejoindre la liste de Jean-Marie Hombert. Cet universitaire à la retraite est arrivé largement en tête des suffrages et n’a raté une élection au premier tour que de 17 voix. Et s’il n’a rien à voir avec la lettre ouverte dévoilée au conseil, il semble avoir pris la mesure de la crise de gouvernance en faisant de la concertation la pierre angulaire de son programme. « Nous avons une liste jeune dont la moyenne d’âge est de 47 ans qui a envie de travailler. Nous avons déjà fait plusieurs séances de travail par le biais de la visioconférence afin de voir comment nous aurions géré la crise sanitaire. Il y aura des choses à mettre en place pour l’avenir. C’est peu dire que très peu d’informations ont filtré de la part de la mairie pendant la crise. Il faut faire confiance, savoir déléguer et aller vers les gens pour leur demander leur avis, » assène Jean-Marie Hombert.

Signalement auprès de la commission électorale

Mais Pierre Curtelin trouve un allier inattendu en la personne de Thierry Loir qui a créé la surprise en rassemblant 23,52 % des voix. Sa liste a transmis un signalement par voie d’huissier auprès de la commission électorale : « Les adjoints présents sur la liste de Jean-Marie Hombert auraient dû démissionner au moins la veille du premier tour. A ce jour ils n’ont toujours pas démissionné ! C’est inadmissible. Ils ont pris en otage le conseil municipal». Car selon lui : «Cette situation crée une profonde injustice au bénéfice exclusif de Monsieur Hombert. Aujourd’hui le budget de Saint-Romain n’est toujours pas voté à cause de cet épisode. Et ce sont ces mêmes personnes qui veulent gérer la commune ».

Immobilier : ce projet qui fracture le village

Le parc du Prado s’étend sur 13 000 m² (Photo Progrès /Google Maps)

Le village serait-il à l’aune d’une nouvelle fracture ? Après la saga judiciaire autour de la Demeure du Chaos, qui oppose la mairie à son propriétaire Thierry Ehrmann depuis deux décennies, un projet immobilier semble à nouveau réveiller les peurs d’une urbanisation subie au cœur du village. Le Projet dit du Prado prévoit la construction d’une centaine de logements en plein centre. Ce sont ainsi près de trois cents nouveaux habitants qui viendraient rejoindre une commune qui en compte 1 200. Le maire a beau marteler que rien n’est signé, il livre aussi un discours de vérité à ses administrés. « Dire que la mairie a la capacité de stopper ce projet est un mensonge. Le projet du Prado est un projet privé, accompagné et suivi par la municipalité et les services métropolitains. Il n’a pas fait l’objet de délibération et aucun permis n’a été ni déposé ni instruit pour l’heure. Le PLU-H permet un projet immobilier. Ce dernier a fait l’objet d’une large concertation, comme le prévoit la loi. Il a été approuvé à l’unanimité par les élus municipaux. Je suis de ceux qui pensent qu’il faut accompagner ce projet afin de ne pas subir les choix d’un promoteur immobilier. Comment peut-on alors reprocher des projets auxquels ces mêmes personnes ont contribué et qu’elles ont approuvés. Un élu doit assumer ses décisions devant les électeurs ». Difficile à entendre pour les habitants ? Jean-Marie Hombert considère lui aussi que le projet est légal au regard du PLU. Mais il le martèle : « Il faut commencer par consulter la population et savoir si elle est favorable à un tel projet. Rien ne dit aujourd’hui qu’il se fera. Il faut travailler avec la Métropole. Nous voulons mettre l’accent sur un projet de développement durable à cet emplacement ». Thierry Loir, arrivé troisième avec 23,52 % des voix, a basé sa campagne principalement contre ce projet : « Ce projet est un écocide ». Il soutient le recours devant le Tribunal Administratif de Lyon déposé le 9 septembre 2019 contre le PLU-H (approuvé par la Métropole le 13 mai 2019) afin de bloquer le projet du Prado. «Il faut arrêter le projet tant qu’il en est encore temps. Nous devons proposer à la Métropole une modification du zonage de parcelles patrimoniales qui ne devraient pas être constructibles. Nous sommes au cœur d’un parc historique de la ville !».

F.R.
ELECTIONS MUNICIPALES

In Le Progrès –
https://www.leprogres.fr/politique/2020/06/19/second-tour-des-municipales-la-grande-lessive
Remerciements au Progrès pour le droit de citation : Le Progrès Fabrice Roussel

%d blogueurs aiment cette page :